Illustration du rachat de crédit locataire

Le rachat de crédit locataire est une pratique courante dans l’immobilier. Il permet aux locataires de faire racheter leurs dettes à la consommation auprès d’instituts spécialisés, à un prix réduit. Cette opération est bénéfique tant pour la société privée que pour le locataire pour qui ses dettes seront regroupées en une seule mensualité d’un montant inférieur aux mensualités qu’il paye déjà.

Le rachat de crédit pour locataire est une forme bien connue de contrat d’option, qui permet le transfert du risque d’une partie à l’autre. Un coursier indépendant permet d’avoir un regard différent sur l’opération de rachat de crédit envisagée. Toutes nos explications dans cet article.

La méthode d’obtention du rachat de crédit par un locataire

De nos jours, les banques élargissent leur offre de services pour répondre aux diverses demandes du marché. Il n’est pas rare de voir émerger des filiales de grosses sociétés bancaires spécialisées dans le recouvrement de créances. Dans ce secteur très compétitif, il pourrait être dans leur intérêt de contacter une société privée spécialisée dans le recouvrement de créances.

Les institutions financières sont libres d’appliquer des taux d’intérêt sans dépasser un certain plafond. Appelé taux d’usure, il correspond au taux d’intérêt maximum qu’un établissement financier peut vous facturer pour cette prestation de rachat de crédit locataire.

Le saviez-vous ? Fin 2021, le taux d’intérêt maximum des prêts de trésorerie en France est de à 4,99 % pour les prêts de +6000€.

En tant que locataire vous devez présenter plusieurs documents pour constituer votre dossier de rachat de crédit locataire. Ceux-ci incluent, mais ne sont pas limités à :

  • Pièce d’identité
  • RIB
  • Dernier bulletin de salaire
  • Justificatif de domicile
  • Contrat des crédits en cours (crédits de consommation ou autre)
  • Dernier avis d’imposition

Le saviez-vous ? Si un contrat de crédit en cours est dissimulé ou oublié, votre dossier peut être refusé par l’organisme financier.

Toutes les pièces vont être étudiées par le courtier, qui essayera de comprendre votre situation financière. Les sociétés spécialisées en rachat de crédit locataire épluchent tous vos comptes bancaires. Ils sont susceptibles de faire appel au FICOBA pour comprendre la fiabilité du dossier.

Le rachat de credit pour locataire : les pièges à éviter

Il existe de multiples méthodes pour réduire le temps nécessaire au remboursement d’un prêt. L’une d’elles consiste à réduire le montant des mensualités. Cependant cette stratégie de réduction de vos mensualités de crédit comporte des risques et peut faire durer votre période de remboursement jusqu’à 30 ans. Avant toute opération, gardez en tête qu’une durée de remboursement longue visera à accroître le coût du crédit en fin d’opération. N’hésitez pas à consulter vos droits pour en savoir plus.

Attention aux pièges des grandes banques. Connues pour s’attaquer aux faibles ayant besoin de trésorerie, elles peuvent amener certains ménages à souscrire une nouvelle demande de crédit à la consommation en même temps que l’opération de rachat de crédit initial. Par conséquent ce n’est pas une affaire gagnant gagnant.

Il n’y a pas de solution pour désendetter un rachat de crédit locataire. Toute société spécialisée vous démontrant le contraire, tenterait de vous induire en erreur. Pour la personne au locataire ayant contracté un deuxième crédit, le montage donne l’impression d’une situation qui s’améliore, et qui va vers le désendettement. Sauf qu’en réalité la dette augmente car les frais liés aux deux dossiers continuent de s’accumuler. A contrario, la mensualité unique sera inférieure aux anciennes mensualités car le taux annuel effectif global (TAEG) sera mieux valorisé.

Il est fortement conseillé pour le locataire souhaitant racheter un crédit de comparer les prix et les durées des TEAG proposés par les différents établissements financiers. Attention aux petites lignes mentionnées sur les contrats. Certaines peuvent vous causer du tord, tandis que d’autres peuvent faire pencher la balance du bon côté. Par exemple : pouvoir modifier le montant des mensualités d’un mois à un autre peut être un avantage, notamment si un achat imprévu s’impose

Le rachat de credit pour locataire peut être coûteux

Les risques du rachat de crédit locataire pour le repreneur peuvent être élevés, et les garanties assez faibles. En effet, la loi ne permet pas aux institutions financières rachetant le crédit de bénéficier de garanties hypothécaires. En fonction du niveau de risque du dossier, le prix du taux d’intérêt nominal peut varier à la hausse. C’est une façon pour les organismes qui achètent les crédits de se protéger. En revanche, si le niveau de risque du dossier est moindre, l’opération sera moins coûteuse et plus intéressante pour les ménages.

Si le montant de la dette immobilière est inférieur à 60% de la dette contractée, il n’y a pas de règle sur la valeur du taux immobilier. En revanche, si il est supérieur à 60% de la dette, alors la loi française intervient en demandant d’appliquer un taux immobilier à l’opération de rachat de crédit locataire. Cette pratique est courante. Elle permet au locataire de se placer dans une position plus confortable qu’un propriétaire qui demanderait une garantie hypothécaire.

A Propos de l'Auteur

Photo de Thomas Gautier, auteur du site Monelia.fr

Thomas Gautier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.